Reggae Sun Ska, la quinzième !

Dans le médoc, région bien connue pour ses vignobles, le Reggae s’est installé depuis plusieurs années. C’est le festival du Reggae Sun Ska qui en est la preuve. Durant trois jours des festivaliers venant de toute la France et parfois de l’étranger se retrouvent à Pauillac autour d’une passion : la musique.

Cette année, le Reggae Sun Ska propose sa 15ème édition et pour l’occasion ne lésine pas sur la programmation.
Tout ce que nous espérons avant d’arriver sur le site c’est suffisamment de soleil pour profiter pleinement des concerts prévus.

Pour notre arrivée, le soleil est bel et bien au rendez-vous. Mais c’est une autre surprise qui nous attend. En effet, la programmation exceptionnelle du festival a attiré tellement de monde qu’il est impossible de trouver un emplacement sur le camping. Nous devons donc ruser et trouver un espace assez grand à l’extérieur du site pour y mettre nos tentes. Une fois cette opération réalisée, ce qui n’a pas été simple nous nous préparons pour attaquer notre première soirée au Reggae Sun Ska.

Nous commençons le festival avec les Mighty Diamonds. Une fois de plus c’est une grande joie de retrouver ces anciens sur scène. De l’autre côté du site c’est General Levy qui ambiance la scène Rebel Music. Une scène plus petite qui se prête à merveille aux shows Sound System. Retour à la scène One Love pour y retrouver Tarrus Riley, toujours accompagné par Dean Freaser. Le show est carré, la vibe est là et c’est encore une fois un plaisir de voir ce grand saxophoniste envoyer ses notes sur les grands hits de Tarrus Riley. Sur la scène Rebel Music c’est Biga Ranx qui prend le relais alors que de l’autre côté Ayo foule les planches de la scène Natty Dread. Ayo nous fait entendre sa douce voix et c’est une atmosphère apaisante qui règne sur le festival. On change ensuite d’ambiance car c’est au tour de Kanka d’envoyer leur dub puissant sur la scène Rebel Music, le public s’en donne à cœur joie et skank autant qu’il peut. Du côté des scènes principales Le Peuple de L’Herbe fait sauter et danser un public enthousiaste et Danakil prend la suite. Les habitués du festival ont su une fois de plus emmener le public dans leur univers. Pour terminer cette première soirée à Pauillac, on plonge dans une vibe différente, celle de Mr Vegas. Un show énorme. Le public danse, chante… Mr Vegas qui a récemment sorti un album célébrant les 50 ans d’indépendance de la Jamaïque nous en offre plusieurs extraits qui ne manquent pas d’énergie. Sans oublier les classiques tels que Heads High où chacun retourne quelques années en arrière… Un vrai délice.

Le réveil se fait de bonne heure pour ce deuxième jour. Et comme nous sommes pas au top de l’installation nous décidons de profiter de la journée pour découvrir un peu la région. Nous prenons la direction de Lacanau pour une petite baignade à l’abri de la cohue du festival. On recharge nos batteries pour être prêts pour la soirée. En effet, cette seconde soirée promet d’être une des plus glorieuse du festival puisque nous aurons la chance de voir Damian Marley pour son unique date française.
Mais nous commençons en douceur avec The Congos. Des fondations, des hits, une présence sur scène des plus originales pour ce groupe qui a su traverser les âges du reggae en restant authentiques. On continue dans la même veine avec Max Romeo. Des grands classiques qui nous rappellent les fondations… Puis c’est au tour de Groundation de fouler une fois de plus les planches de la scène du Reggae Sun Ska. Comme toujours c’est un pur plaisir pour nos oreilles. Le son californien fait voyager chaque festivalier. On change de scène et on retrouve Mungo’s HiFi avec Soom T. Un petit bout de femme qui ne manque pas de talent. Enfin, le concert tant attendu se prépare devant nos yeux. On sent toute la tension du public, très impatient de voir et d’entendre Damian Marley pour son unique date en France. La scène Natty Dread est bondée, la foule est compacte. C’est probablement cette densité presque irrespirable qui a contrarié certains festivaliers, déçus de ne pas avoir pu apprécier le show dans de bonnes conditions. Après cette épreuve que fut ce concert et surtout le rassemblement de l’équipe après cette agitation nous rejoignons nos pénates.

Ce fut pour nous les derniers moments à Pauillac puisque nous n’avons pu resté plus longtemps. Nous pouvons toutefois noter que nous avons eu de bons retour sur les prestations des artistes le dimanche.

Le Reggae Sun Ska a su prouver une fois de plus que sa popularité est grandissante et que chaque année de plus en plus de passionnés se retrouvent dans le Médoc pour ces trois jours de musique.